La révolution des applications mobiles financières

Optimiser ses placements

02/02/2015 - Publié par OPCVM360 dans le dossier : Optimiser ses placements

La révolution des applications mobiles financières

Avec plus d’une ouverture de compte bancaire en ligne  sur trois en 2014, les banques migrent vers un nouveau modèle qui fait la part belle au digital et notamment aux applications mobiles. Mais elles ne sont pas seules : des start-up investissent massivement ce créneau pour permettre à Monsieur et Madame tout le monde de mieux gérer leurs budget, d’investir sur les marchés financiers ou encore de prêter via les plates formes de financement participatif (crowdfunding). Bienvenue dans l’ère de la révolution financière digitale !

En 2014 en France, 35% des échanges entre les banques et leurs clients ont été effectués au moyen du smartphone*. En progression de 19% sur un an, l’envolée des applications bancaires mobiles s'est faite au détriment de canaux d'interaction plus traditionnels comme les agences bancaires, les centres d'appels, les guichets automatiques et même... l'Internet fixe. Pour les jeunes générations appelées « native digital », il est impensable d’aller faire la queue au guichet pour une opération ou même de se présenter physiquement pour ouvrir un compte.

Entre cette mutation profonde des comportements des consommateurs et la digitalisation croissante de la relation, les banques sont confrontées à un nouveau challenge. Elles y répondent en développant un dispositif multicanal où le client choisit son mode d’interaction. Les nouvelles technologies présentent ainsi des opportunités de conquérir de nouveaux clients même si la migration vers le modèle relationnel 2.0 bouleverse les habitudes des consommateurs comme des salariés.

A côté des géants bancaires, d’autres acteurs s’engouffrent dans le créneau des applications mobiles bancaires ou financières : ce sont les FinTech. Ces start up spécialisées dans les technologies financières rentrent sur le marché de la commercialisation des applications mobiles. Leur atout : pouvoir lancer leurs produits à moindre frais et sans souffrir de trop lourdes structures ou de réglementations excessives auxquelles sont soumises les établissements bancaires.

Linxo ou Bankin proposent ainsi aux particuliers comme aux professionnels de suivre leurs différents comptes bancaires via une seule application qui agrègent les données des différentes banques. Pratique pour bénéficier d’une vue d’ensemble sur son épargne et son budget lorsqu’on est multi-bancarisé. Pour les placements Fundshop propose de vous aider à sélectionner vos fonds en fonction de votre profil de risque. Enfin, depuis peu les plates-formes de financement participatif (Crowdfunding) explosent. Elles permettent aux start-ups de récolter des fonds pour démarrer tout en se faisant connaître du public qui a décidé d’y investir, ou d’offrir un don avec contrepartie. Lending Club, une plate-forme de prêts entre particuliers fondée par le Français Renaud Laplanche, est ainsi déjà valorisée plus de 1,5 milliards de dollars aux Etats Unis.

*Source : cabinet de stratégie Bain & Company