Crédit immobilier : Faut-il profiter des taux historiquement bas ?

Optimiser ses placements

18/11/2014 - Publié par OPCVM360 dans le dossier : Optimiser ses placements

Crédit immobilier : Faut-il profiter des taux historiquement bas ?

Les taux des prêts immobiliers ont atteint un niveau historique : jamais depuis l’après-guerre il n’avait été possible d’emprunter à des taux aussi bon marché. En moyenne, la majorité des crédits immobiliers sont octroyés en dessous de 3%.

Pourquoi cette baisse spectaculaire des taux immobiliers? Surtout, est-ce le moment d’en profiter pour investir votre argent ?

Les banques fixent le taux des crédits immobiliers à partir du taux des emprunts d'Etat à 10 ans : on parle d'OAT ou encore Obligation Assimilable au Trésor. Or celle-ci étant orientée à la baisse suite aux manœuvres de la Banque Centrale Européenne, les banques empruntent à prix plancher. Se finançant elles-mêmes peu cher, les banques peuvent alors pratiquer des taux attractifs, notamment pour gagner de nouveaux clients, en préservant leurs marges.

 

En revanche, pour bénéficier de ces taux historiquement bas, l'emprunteur doit tout de même montrer patte blanche. Aussi, si vous avez un apport de minimum 20%, des garanties solides, un bel historique et de préférence des revenus réguliers car vous êtes fonctionnaire ou bénéficiez d’un CDI, vous êtes le candidat idéal pour bénéficier de ces très bonnes conditions de crédit. Pour les autres... les conditions sont plus draconiennes.

Cette faiblesse des taux est-elle durable?

Plus la crise persiste, plus on risque d'avoir une aversion au risque et donc des taux d'emprunt bas (car l'OAT restera à des niveaux très bas). Au contraire, si reprise il y a, l'OAT va augmenter... et les banquiers vont revoir le barème des taux immobiliers à la hausse. Dans tous les cas, avec des taux aujourd'hui inférieurs à 3%, si vous avez un projet immobilier c'est le moment de contacter votre conseiller bancaire! Privilégiez des taux fixes car en cas de retournement de la conjoncture et de redémarrage de l'économie, les taux pourraient alors augmenter sensiblement d'ici 4 à 5 ans...

Or un prêt immobilier dure en moyenne 202 mois soit entre 15 à 20 ans : difficile d'imaginer le contexte économique à une telle échéance !